ananas
Répertoire de fournisseurs-partenaires

Service-conseil

Ouvrir les valves… juste un peu !

Annie spratt z A7 I5 Bt Fbvw unsplash

En tant que consultante en gestion de revenus hôteliers, il est primordial d'analyser d’abord les tarifs restreints (tarif seniors, AAA/CAA et autres) et le tarif corporatif local offerts en corrélation avec l’offre disponible.

13.10.2021
Par
Kristen Alleyn

En période pré-pandémique, les hôtels pouvaient se permettre de mettre de l’avant des offres assez restreintes, car ils avaient une base de clients corporatifs et de groupes. À ce moment, l’industrie du voyage battait son plein, Montréal avait une position enviable sur la scène des congrès et la demande était assez élevée dans la métropole. On pouvait alors accorder des escomptes seulement aux chambres traditionnelles et limiter ces offres aux jours plus tranquilles de la semaine ou sur les dates à faible occupation.

Hivan arvizu soyhivan M Anhvw0n DDY unsplash

Avec la pandémie et les conséquences qu’on connait sur la réalité des établissements hôteliers en milieu urbain, c’est le moment de revoir les stratégies et de s’adapter aux changements du marché. Il est temps qu’on ouvre un peu les valves pour viser un revPAR et revPOR plus raisonnables. Bien que la plupart des hôtels ont pu tirer leur épingle du jeu cet été, il faut maintenant se préparer à des mois plus difficiles avec des plus faibles taux d’occupation. Comme professionnelle des revenus, je ne vous conseillerais pas de réduire votre tarif BAR ou même d’offrir des rabais plus importants, mais plutôt de faire des ajustements mineurs qui peuvent faire toute la différence.

Prenons l’exemple du tarif sénior qui est, la plupart du temps, appliqué que sur les chambres traditionnelles. Supposons que le BAR pour une chambre traditionnelle soit de 200$ et que l’offre senior est à 10% de rabais. La chambre est donc offerte à 180$. Alors, pourquoi ne pas offrir alors le même rabais sur les chambres luxueuses, les suites juniors ou même les suites? Votre revenu par chambre sera toujours d’au moins 180$. D’ailleurs, selon les données collectées par IDeaS, depuis le début de la pandémie, on observe une augmentation de 20% de la volonté de payer du client pour un surclassement ou des amenities additionnels.

C’est le moment de revoir les stratégies et s’adapter aux changements du marché.

Même s’il est vrai qu’il y aura des coûts supplémentaires associés au ménage plus long ou pour les amenities offerts, l’hôtel bénéficiera de plus de revenus et, qui plus est, le client aura l’opportunité de découvrir une meilleure gamme de produit! Il sera ainsi charmé et vous n’aurez qu’à le fidéliser !

Rhema kallianpur jb J hw2yag unsplash